Lorem Ipsn gravida nibh vel velit auctor aliquet.Aenean sollicitudin, lorem quis bibendum auci elit consequat ipsutis sem nibh id elit

FOLLOW ME

TWITTER GPLUS FACEBOOK BEHANCE PINTEREST

Los Djyouc Aborigènes de la Fondation Opale

Soirée de projection exceptionnelle en présence des auteurs au cinéma Le Bourg (Sierre) le 10 octobre et exposition au Centre d’art de Lens/Crans-Montana jusqu’au 1er décembre 2019.

Sept court-métrages touchants et parfois surprenants, sept regards différents sur un mouvement artistique vivant et vibrant qui puise dans une tradition multimillénaire. Autant de passerelles culturelles qui explorent les liens et les contrastes entre les peuples des régions côtières et désertiques australiennes et ceux des Alpes.

Au printemps, dans le désert d’Australie, les esprits Wanjina se réveillent. Dans les grottes, jeunes et vieux peignent sur les murs les grands yeux noirs de ces dieux sans bouche. La vie peut reprendre. À Évolène, l’hiver est rude. Il dure longtemps, se cachant au plus profond des recoins des grottes et à la pointe des cimes valaisannes. Chaque année, il endort les esprits de la montagne, piégés sous la glace. Des gros yeux rouges et jaunes flamboyants, des crocs acérés, des peintures de guerriers terrifiantes, des corps massifs d’êtres mystiques. Les monstres de la montagne sonnent les cloches qui résonnent violemment dans les vallées et les chemins. Il faut chasser l’hiver, libérer la nature et revoir le printemps encore cette année. Dans la mythologie australienne, on dit que ces esprits aux grands yeux sont si effrayants que les enfants ne doivent pas s’aventurer seuls dans la montagne mais aussi qu’ils aident les humains et amènent le retour du printemps, chaque nouveau cycle.